Congé paternité de l’indépendant : 28 112 jours avec ma fille. C’était bien, merci le copywriting !

Bravo la France, bravo monsieur le Président pour l’allongement de la durée du congé paternité à 28 jours au lieu de 11.

C’est sympa de donner plus de jours de repos aux salariés pour participer aux premiers jours de l’enfant, pour aider la maman qui souffre (oui, c’est son corps à elle qui prend cher lors de l’accouchement).

Et c’est sympa de reconnaître qu’un père peut avoir envie de voir son enfant grandir aussi.

J’ai la chance de faire partie des 32% d’indépendants qui peuvent prendre leurs congés paternité. 1 sur 3 seulement.

Tous les autres ne peuvent pas s’arrêter de travailler, pour une raison simple : quand ils ne travaillent pas, l’argent ne rentre pas.

Avoir de l’argent n’est pas le but dans la vie, pas dans la mienne : je veux la liberté.

L’argent n’est pas une fin en soi. L’argent est simplement le moyen qui m’apporte cette liberté de me dire : « OK, je mets le blog en pause, je refuse des missions de copywriting, je n’écris aucun nouvel article sur Les Mots Magiques et je ne tourne aucune vidéo sur le copywriting parce que je veux me consacrer à autre chose, de bien plus important. »

Alors je ne suis pas devenu expert en paternité, je ne vais pas écrire un livre sur « Comment devenir un bon papa ».

Pas tout de suite en tout cas, même si j’ai des idées. 😏

Quand j’étais plus jeune, je voulais devenir avocat spécialisé en droit des enfants. Parfois je voulais être instituteur. Parce que je suis persuadé que les premiers moments de la vie d’un enfant sont décisifs pour le mettre sur les bons rails.

Aussi, quand j’ai commencé à envisager la possibilité de fonder une famille, je me suis rendu compte que je devais mettre en place un système pour que l’argent rentre automatiquement.

Revenir au salariat : impensable pour moi. J’ai alors décidé d’étudier les tunnels de vente et les techniques de création de revenus passifs.

J’ai étudié le copywriting pour mettre en place ce système qui vend pour moi quand je dors et quand je donne le biberon à ma fille.

Vague de licenciements, PSE et bullshit jobs

Une vague de licenciements sans précédent arrive dans le tourisme, la restauration, dans la culture, dans la communication.

Avec les PSE divers, vous allez être nombreux à devoir vous reconvertir. Vous êtes déjà nombreux à vous dire que votre job actuel n’est pas fait pour vous, ne sert pas à grand-chose et vous admettez que vous en avez marre de faire des courbettes à des chefs idiots. #bullshitjob

Quelle que soit votre reconversion, si vous voulez devenir indépendant, vous aurez besoin de LA compétence des compétences : savoir vendre, savoir vous vendre.

Si vous choisissez de vendre en ligne (et avec les fermetures à répétition des magasins, avec la distanciation sociale imposée, lancer un business physique aujourd’hui relève de l’hérésie), je suis là pour vous aider à acquérir cette compétence qui fait vendre.

Pour vendre plus en ligne, vous devez apprendre le copywriting : c’est la science d’écrire mieux pour vendre plus.

C’est grâce au copywriting que j’ai pu me permettre de prendre 4 fois le congé paternité des salariés sans peur du chômage ou de finir à la rue.

C’est grâce au copywriting que vous pourrez vendre la nuit, le jour, pendant vos vacances, et travailler d’où vous voulez monde entier, derrière votre ordi.

Je vous en dis tout ici !

Sélim, back dans les bacs