Vous connaissez peut-être toutes les méthodes et techniques de copywriting, mais qu’en est-il de votre orthographe ?

Vous ne faites jamais de faute ? Si c’est le cas, bravo, vous faites partie de ces êtres exceptionnels qui rédigent des textes à la perfection.

Cependant, 90% des gens font des fautes, et cela coûte très cher : à votre portefeuille, et à votre carrière.

Si vous voulez éviter les fautes, décupler vos ventes, paraître davantage professionnel, c’est ici que ça se passe !

La problématique des fautes d’orthographes n’est pas nouvelle : la dictée de Pivot reste un standard que vous pouvez retrouver en ligne pour vous exercer et apprendre les belles subtilités de notre langue.

Confession : j’ai toutes les peines du monde à prendre au sérieux les candidats qui m’envoient des CV truffés de fautes. (Oui, 3 fautes sur une page, c’est déjà « truffé » pour moi)

Je sais très bien qu’il existe différents types d’intelligence, et que certaines personnes ont de vrais soucis médicaux avec l’orthographe. Soit.

Mais pour tous ceux qui ne sont pas rigoureux, qui ne font pas attention, qui écrivent « en mode texto », qui ne se relisent pas, qui envoient leur première version au lieu d’attendre le lendemain pour reprendre leurs textes : les fautes d’orthographe peuvent vous coûter très cher !

De nos jours, le souci s’est déplacé de la salle de classe à l’entreprise.

Je vais vous parler du coût réel des fautes d’orthographe, qui me font saigner les yeux au quotidien, puis je vous dévoilerai 5 astuces pour mieux écrire !

Les enfants et l’écriture

Une étude de l’Education nationale a comparé les performances d’élèves de CM2 sur une même dictée.

En 1987, on compte en moyenne 10,7 fautes par copie, et en 2007, 14,7 fautes, soit 40% de plus. Je n’ose imaginer les dictées d’aujourd’hui.

Cependant, est-ce pour autant un mal que de mal écrire ?

Remettons les choses dans leur contexte. À l’époque, les classes étaient plus sévères, et les enfants écrivaient mieux, parce qu’ils avaient souvent la menace de se faire humilier ou de se faire battre dans les cas les plus fous.

Aujourd’hui, les classes sont plus laxistes, mais ne prônent-elles pas l’épanouissement de l’élève de plus en plus ?

En 1989, deux sociologues, Baudelot et Establet, réfutent l’idée d’une baisse de niveau de l’école, et ils estimaient que sur une longue période le niveau montait.

Les enfants écrivent moins bien qu’avant, mais ils écrivent beaucoup plus. À l’ère du digital, vous avez les blogs, les sites webs, les réseaux sociaux, les sites d’écrivains amateurs, etc…

Et tous ces textos que les jeunes envoient à longueur de journée. Des études estimaient que les ados envoyaient 83 messages par jour. Avec Snapchat et les DM sur Instagram,ce chiffre a dû exploser.

Les enfants d’aujourd’hui ont probablement une écriture plus négligée, pour plus de créativité.

Voilà une excuse qui va rendre fous les perfectionnistes et tous ceux atteints comme moi du « syndrome du bon élève ».

La réalité, c’est que j’écris pour des entreprises et que je conseille des entrepreneurs pour leurs textes de vente.

Alors si vous êtes entrepreneur, faites attention à votre écriture car les fautes d’orthographe ont une incidence sur votre chiffre d’affaires et votre carrière.

Le coût des fautes d’orthographes en entreprise

Selon le site web TextMaster, qui propose des services de correction et de traduction professionnelle en ligne, les fautes d’orthographes coûteraient des millions d’euros de pertes, par an, pour les entreprises.

L’étude réalisée par le site montre que 90% des e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients contiennent au moins une faute d’orthographe, ce qui impacte les ventes !

Selon leur enquête, « 90% des e-mails envoyés par les entreprises à leurs clients contiennent au moins une faute d’orthographe. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l’e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Un manque à gagner réel en termes d’image et de compréhension du point de vue du client ».

En effet, les fautes d’orthographes nuisent à votre image. Quand vous voyez une faute sur un site web, vous vous dites « Ok, ces mecs ne sont pas professionnels, je ne suis pas rassuré, je n’ai pas envie de leur confier notre budget pub ni de travailler avec eux ».

C’est aussi un problème pour la compréhension de votre offre, ou de votre histoire.

Une seule faute dans votre newsletter pourrait changer la valeur perçue de votre entreprise, en la transformant en entreprise d’amateurs.

Pour TextMaster, « une seule faute d’orthographe peut avoir un impact sur la réalisation d’une vente ou d’un partenariat, et plus généralement sur l’image de l’entreprise ».

D’ailleurs, c’est encore plus valable sur le web.

Sur le web, vous êtes directement en contact avec vos prospects, vos clients, vos partenaires, via votre site internet, mais aussi via vos nombreux mails, et ce H24.

La moindre faute d’orthographe peut nuire à votre entreprise, (même si l’étude réalisée par TextMaster ne partage pas précisément le coût d’une seule faute d’orthographe.)

Au point de vue micro, je peux vous le dire : l’impact est grand.

Quand je reçois 5 CV de graphistes par exemple, que 3 ont l’air d’avoir un bon style, celui qui galère en français est éliminé directement.

La faute d’orthographe dit le candidat pressé, trahit le je-m’en-foutisme, et ne donne pas envie de creuser davantage.

De plus, dans un article la BBC (la télévision britannique) estimait aussi que des millions de livres sterling étaient perdues, à cause des fautes d’orthographe.

Dans ce cas là, l’étude pointait du doigt l’e-mail, et essentiellement le site e-commerce en lui-même.

Dans cet article, la BBC affirme par le biais d’un entrepreneur que « l’analyse des chiffres d’un site internet montre qu’une seule faute d’orthographe peut diviser par deux les ventes en ligne ».

Comme moi, vous voulez multiplier vos ventes par 2 et vous débarrasser de vos fautes d’orthographe récurrentes.

Alors entraînez-vous et découvrez mes 5 techniques anti-fautes d’orthographe.

Ne plus faire de faute d’orthographe : 5 astuces

#1 Inscrivez-vous au Projet Voltaire

C’est le site internet de référence dédié aux personnes qui souhaitent maîtriser les règles de l’orthographe française.

Vous pouvez ainsi repérer les règles et les mots que vous ne maîtrisez pas pour améliorer votre aisance à l’écrit et ne plus faire de fautes d’orthographe.

Si vous souhaitez vous améliorer dans les transports, dans une salle d’attente, à la plage, il existe des applications mobiles pour améliorer votre orthographe, comme Orthofolie ou Améliorez votre français.

#2 Relisez-vous pour éviter les fautes d’orthographe les plus grosses !

Avant d’envoyer la moindre communication écrite, je vous recommande de vous relire à voix haute, pour voir si ce que vous dites est cohérent.

Puis relisez-vous pour déceler des erreurs d’inattention, des « s » par-ci, des fautes de frappe, des verbes mal conjugués…

J’aime bien vérifier la mélodie des phrases, entendre si elles « sonnent » juste.

La relecture est une phase nécessaire si vous tenez à envoyer des mails ou des candidatures sans faute.

#3 Faites-vous corriger !

Vous n’êtes pas omniscient, vous ne savez pas tout, et moi non plus. Il n’y a pas de honte à se faire corriger, à demander de l’aide.

Comme je vous le rappelais plus haut, il existe plusieurs formes d’intelligence. La vôtre est peut-être relationnelle, mathématique, corporelle, artistique.

La mienne, c’est celle d’un éditeur, d’un secrétaire de rédaction : j’ai un stylo rouge, toujours prêt à venir corriger vos textes, vos mails, vos pages de vente, en tête.

Tout simplement, si vous n’êtes pas doué avec l’orthographe, demandez à vos parents, vos amis, vos collègues, ils adoreront sortir le stylo rouge et vous mettre « une mauvaise note » pour vous faire progresser.

Faire des fautes, ce n’est pas grave.

Mais ne pas chercher à les corriger, là, on entre dans une zone de turbulences que je ne peux pas accepter en tant que copywriter.

#4 Soyez curieux !

Si vous avez un doute, allez sur internet ou prenez votre dictionnaire pour ne pas faire d’erreur.

Malgré tous les textes que je corrige chaque jour (textes de mes collaborateurs, livres de mes amis, chroniques des journalistes chez Technikart…), le doute m’habite toujours.

Tache ou tâche ? Balade ou ballade ? Antisocial ou anti-social ?

On a tous nos blocages avec l’orthographe, nos fautes qui reviennent souvent : soyez curieux, cherchez l’étymologie et l’histoire de ces mots et vous devriez éviter ces fautes récurrentes.

#5 Utilisez les correcteurs automatiques

Quand vous utilisez un correcteur automatique, essayez de comprendre votre erreur.

À force de voir ces erreurs soulignées en rouge ou en bleu, vous vous imprégnerez de ce que le correcteur vous proposera.

Ah, j’allais oublier la technique bonus pour ne plus faire de faute d’orthographe :

Abonnez-vous à mon compte Instagram pour apprendre en vous amusant !

Sélim, à cheval sur l’orthographe