En octobre dernier a eu lieu la toute première édition de la Copyweek, à Cassis, pas loin de Marseille.

L’objectif : une semaine d’ateliers copywriting intensif.

Enfin… intensif : les matinées sont intenses, les après-midis sont libres.

Pourquoi ?

Parce que tous les copywriters et marketeurs pros qui ont suivi cette première Copyweek ont aussi du travail, et que tous ne pouvaient pas prendre une semaine de pause pour venir bosser avec nous.

La première Copyweek des Mots Magiques ?

Comme toutes les premières fois, il y a eu des ratés.

Notamment un assez gênant : je n’avais pas loué une villa assez grande en termes de places de parking.

Nous étions 6 au total, et il n’y avait de la place que pour 4 voitures.

Et vu qu’il n’y avait pas un seul « local » qui habitait dans le coin, il a fallu trouver une solution.

Heureusement, les voisins ont été sympas et nous ont fourni l’espace manquant ! Eux, la maison voisine, c’était une équipe qui faisait une retraite de yoga. 2 salles, 2 ambiances !

Cette première Copyweek des Mots Magiques n’a été proposée qu’à des clients (des professionnels qui avaient déjà investi soit dans Des Titres Qui Tuent, soit dans Copywriting Express, soit dans un coaching privé en copywriting).

5 participants et un coach en copywriting, c’était une bonne formule pour démarrer. Je pense proposer 6 à 7 places maximum pour les prochaines éditions.

Le programme de la Copyweek Cassis – octobre 2021

J’avais donc loué une superbe villa avec vue sur la mer pour 6000€ la semaine. Mes frais supplémentaires ? Le transport, les repas, et tout le travail que j’ai fait avec les participants.

Chaque participant a investi 2000€ pour ces 5 jours au paradis du copywriting.

D’habitude, je facture 1200€ la journée pour mes clients. Ou 200€ l’heure en tête à tête.

Si vous êtes bons en maths, vous comprenez pourquoi j’ai décidé d’augmenter les prix pour atteindre un niveau de rentabilité correct (c’est ce que j’ai tenté de faire lors de la Copyweek Los Angeles).

Le programme de cet atelier copywriting immersif ?

Le matin, c’était copywriting pour tous, de 10 heures à midi. Les 5 participants et moi, autour de la table. Tous avec nos ordinateurs, connectés à la présentation du jour. Mails interdits. Téléphones portables interdits (sauf pour les urgences).

Démarrer l’atelier à 10 heures, ça laissait le temps à ceux qui sont du matin d’aller faire leur sport, et à ceux qui ont du mal à quitter leur lit d’être quand même présents à 10 heures.

Deux heures, c’est très rythmé, ça va vite, et je suis interrompu par des tas de questions (et ça c’est bien, ça permet d’améliorer le contenu des Copyweeks en permanence).

Voici les thématiques abordées chaque jour :

  • Lundi : Comment prendre le lecteur par les tripes – intro et storytelling.
  • Mardi : L’art d’empiler les bénéfices pour convaincre le client.
  • Mercredi : Des titres qui tuent. Total titraille, parce que la réussite passe par là.
  • Jeudi : Comment mieux se vendre, comment prospecter mieux ?
  • Vendredi : 100% Ecriture, articles, pubs, newsletters, campagne emailing.

Si le matin, on est sur de l’atelier collectif, l’après-midi, vous êtes libres de vous organiser comme vous le souhaitez.

Chaque après-midi, je travaille en tête à tête avec un des participants de 14 à 15 heures, puis avec un autre de 15 à 16 heures. Ça permet à chacun des participants d’avoir 2 heures de coaching privé pour avancer sur ses textes, ses objectifs.

C’est grâce à cette organisation que je réussis à proposer une expérience qui mêle à la fois la théorie lors du travail en groupe le matin, à la pratique et à la personnalisation, l’après-midi.

« Et on mange quoi ? » (c’est LA question la plus importante pour moi !)

Le midi, j’avais organisé la venue d’un cuisinier pour qu’on gagne du temps.

Et le soir, nous avons alterné entre les restaurants de la ville, et des créations « personnelles » (je vais vous épargner les photos de mes lasagnes végétariennes, brûlées).

Allez plutôt voir les photos des Roches Blanches, où nous avons passé notre première soirée tous ensemble. C’est un hôtel 5 étoiles que j’aime beaucoup.

Les avis des participants sur la Copyweek Cassis

« La mer était un peu froide ! J’ai perdu le défi, à l’unanimité, lors de l’exercice pratique le jour où on a travaillé sur les titres qui tuent. Tous les participants étaient unanimes, j’avais vraiment produit les titres les moins convaincants, et j’ai donc accepté d’aller chercher l’inspiration dans la Méditerranée ! Ça fait des bons souvenirs ! Au-delà du fun, j’ai été bluffé par la quantité d’infos applicables délivrées en 5 jour. Je pense que c’est comme Carnegie, à lire et à relire chaque année ! » Mickaël, développeur en reconversion.

« J’avais déjà fait des ateliers de copywriting avec de bons copywriters français. Là, c’est juste un autre niveau. La villa, c’est du luxe. La vue était sublime, tous les matins, on avait le droit à cet environnement sain et motivant, c’était une vraie parenthèse loin de mon quotidien parisien. Pas besoin de parler de la personnalité de Sélim : il met tout le monde à l’aise rapidement, et il sait créer un groupe. Quant à ce que j’ai appris… je le garde pour moi, j’ai quand même payé 2000€ pour avoir accès à ces secrets bien gardés ! En clair : il a appliqué l’effet wahoo pour séduire ses clients avec cette Copyweek Les Mots Magiques. On ne voulait plus repartir ! » Caroline, copywriter freelance.

« J’ai particulièrement apprécié la matinée sur la vente. J’ai toujours eu un vrai problème pour me vendre, pour demander plus. En deux heures, Sélim nous a donné tellement d’outils, j’ai l’impression qu’avant, j’essayais de courir un marathon sans chaussures… » Cathya, attachée de presse.

« Je me suis trouvé un peu nul les premiers jours : j’étais le plus débutant, et le reste du groupe avait déjà des bases assez solides. Je dirais que ce qui m’a le plus marqué, c’est l’entraide entre les participants. Le contenu de la Copyweek était très fort, mais la vraie richesse est vraiment venue lors des repas, des dîners et des activités ensemble. Et Sélim a posé un cadre très positif : pas de jugement, pas de moquerie, je me suis senti à l’aise pour poser mes questions ! » Abdelkarim, commercial en reconversion.

« En 2020, j’avais prévu de lire un livre par semaine. Je ne l’ai pas fait. En 2021, j’ai pris la même résolution, encore. J’ai évalué le coût : un livre à 20€ par semaine, pendant 52 semaines, ça faisait 1040€. Alors je ne l’ai pas fait. En revanche, j’ai investi sans souci les 2000€ pour la Copyweek parce que je savais que je ne serai pas déçue. Le mieux ? J’ai été la première à travailler en privé avec Sélim le lundi après-midi. J’ai fait mes premières ventes le jeudi (et on a bien fêté ça le soir !) Mon seul regret après ce bootcamp intensif ? Que ça ne dure pas plus longtemps. Je suis persuadé qu’une expérience comme ça, pendant un mois, on sort tous millionnaires ! » Laurence, coach sportif.

Vous souhaitez savoir quand aura lieu la prochaine Copyweek ?

Abonnez-vous à la newsletter Les Mots Magiques !

Quelques photos supplémentaires de la Copyweek #1 à Cassis

Un beau cadre, pour inspirer de belles copies !

Les repas : les moments de détente où on peut échanger sans stress

Cette vue nous a tous cloués dès l’arrivée

Le logo de la Copyweek ? J’ai décidé qu’on irait uniquement au soleil !

Mal de mer 1 – coach en copywriting 0

Tous les soirs. On a eu de la chance avec le temps !

La récompense du dernier jour : promenade en bateau dans les calanques !

L’avantage de la villa que j’avais louée, c’était l’emplacement et le soleil. Le souci ? J’ai cassé mon téléphone en arrivant (j’ai fendu l’objectif).

Résultat : quand je prends des photos face au soleil, on voit des traits lumineux dans l’image !
Mais on s’est bien marré, et la sortie en bateau a fait du bien à (presque) tout le monde (oui, j’ai toujours le mal de mer…)

A très vite pour la suite de l’aventure Copyweek.

Rappel : la prochaine édition, c’est la Copyweek Los Angeles en février 2022 ! (Et elle est déjà complète)

Sélim Niederhoffer